Revue TAL : Numéro spécial Traitement automatique de la langue juridique

2017 Volume 58 Numéro 2

Direction : Adeline Nazarenko et Adam Wyner

La langue et le droit entretiennent depuis toujours des liens étroits, ce dernier étant d'abord un "discours", mais le traitement automatique de la langue juridique représente aujourd'hui un enjeu majeur du fait de l'empreinte croissante du droit sur le web et de sa complexification dans les sociétés contemporaines mondialisées. La langue juridique est à entendre ici dans un sens large : elle est écrite ou orale ; elle recouvre la loi et les jugements aussi bien que les textes réglementaires comme les décrets, les règlements, les contrats ou les exigences.

De nombreux besoins voient le jour autour de  
    •    l'aide à la rédaction : contrôle de la langue, de la structure documentaire,
    •    la vérification de conformité, légalité et cohérence,
    •    l’aide à l’argumentation,
    •    la recherche, l'extraction et l'exploration d'information,
    •    l'aide à la décision dans le cadre de textes contractuels ou réglementaires, d'exigences, d'appels d’offre,
    •    l'analyse juridique (analyse de cas,  recherche d'antériorité, jurisprudence, etc.),
    •    l'analyse comparative des sources du droit à échelon local, national, européen, international,
    •    la publication et l’ouverture des données.
Indépendamment de ces domaines d'application, le traitement automatique de la langue juridique soulève de nombreux défis du fait des spécificités du discours juridique : au-delà du volume de documents à traiter, il faut prendre en compte la complexité de la langue juridique, l'hétérogénéité et l'interdépendance des textes de droit et des systèmes juridiques sous-jacents, le rôle de l'argumentation et du raisonnement dans l'interprétation du juriste, le degré de précision et de fiabilité requis pour toute analyse fondant le jugement juridique. Du fait de ces spécificités, les méthodes usuelles de traitement automatique des langues doivent être adaptées pour la langue juridique, qui constitue de ce fait un champ d'expérimentation particulièrement intéressant pour le TAL.

Enfin, le prisme d'une langue de spécialité, ici la langue juridique, permet de mesurer les progrès du traitement automatique des langues. Il s'agit d'intégrer différents traitements dans des applications opérationnelles qui répondent à des besoins spécifiques. Il y a des compromis à trouver, parfois même dynamiquement, entre grain, fiabilité et couverture d'analyse. Ce défi de l'intégration est particulièrement important dans le cas de la langue juridique du fait de l'intrication des paliers d'analyse linguistique, depuis l’analyse des chaînes de caractères (pour le repérage des citations, par exemple) jusqu'à celle de l'argumentation.

Ce numéro de TAL doit contribuer à structurer les travaux qui se font actuellement dans le domaine, susciter de nouvelles recherches, mais aussi plus largement montrer comment différents méthodes d’analyse s'organisent pour une langue de spécialité.

Le but de ce numéro intitulé "Traitement automatique de la langue juridique" est de faire le point sur l'apport du TAL pour l'analyse et l'exploitation de l'information juridique, aussi bien d'un point de vue théorique et sur des phénomènes linguistiques particuliers (ex. une nouvelle méthode de TAL adaptée aux spécificités de la langue juridique, son évaluation) que d'un point de vue intégratif ou applicatif. Nous encourageons les soumissions sur tous les aspects concernant le traitement de la langue juridique, notamment sur les problématiques et tâches suivantes :
    •    Standards pour l'annotation juridique
    •    Analyse des sources juridiques
    •    Analyse syntaxique de la langue juridique
    •    Terminologie juridique
    •    Stylistique et langue juridique
    •    Analyse sémantique de la langue juridique
    •    Argumentation
    •    Analyse des textes réglementaires
    •    Analyse du discours juridique
    •    Recherche et extraction d'informations juridiques
    •    Traduction automatique de textes juridiques
    •    Annotation sémantique des contenus juridiques
    •    Ingénierie des connaissances juridiques et TAL
    •    Formalisation du raisonnement ou des règles des textes juridiques
    •    Ouverture des données et structuration des contenus juridiques

   

A NOTER

Dates importantes

Date limite de soumission : 20 juin 2017 -> 20 juillet

Notification aux auteurs après première relecture : 30 septembre 2017

Notification aux auteurs après seconde relecture : 30 novembre 2017

Publication : début 2018

La revue

La revue TAL (Traitement Automatique des Langues) est une revue internationale éditée depuis 1960 par l’ATALA (Association pour le Traitement Automatique des Langues) avec le concours du CNRS. Elle est maintenant publiée en format électronique, avec accès gratuit immédiat aux articles publiés, et impression annuelle à la demande. Cela ne change aucunement son processus de relecture et de sélection.

 

Personnes connectées : 1